Procès Bonnemaison : la frontière ténue entre soulagement de la douleur et euthanasie

Acquitté par la cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques, ce médecin anesthésiste à l’hôpital de Bayonne comparait en appel à Angers, pour avoir empoisonné sept patients âgés en fin de vie.

Sourced through Scoop.it from: www.liberation.fr

See on Scoop.itDGEMC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s